Document sans titre
Document sans titre
  Document sans titre
Login :
Passe :
 
Retour à l'accueil Être Enseigné Être informé E-Services Forum de Discussions Espace Membre

     
Enseignements Exhortations Articles Audios Proposer une ressource  
     
  Vous êtes ici : Accueil > Être Enseigné > Sexualité > Enseignements > Les problèmes moraux des jeunes  
     
Document sans titre
  Document sans titre Comment étudier l'autre? de (Paul Mbunga Mpindi)
Les Rubriques
Enseignements
Des enseignements sur divers thèmes...
Exhortations
Courtes et édifiantes...
Enseignements Audio
Des sons mp3 sur le mariage et les fiançailles..
Articles
Traiter des sujets d'actualité ou des sujets divers...
Proposer une ressource
Poster vos enseignements, vos exhortations et vos articles sur le mariage et les fiançailles...

LES CATEGORIES
Affaires d' hommes ()
Affaires de femmes ()
Astuces pratiques ()
Célibat ()
Famille ()
Fiançailles ()
Jeunes ()
Mariage ()
Nuit de Noces ()
Sexualité ()
Témoignages ()
Traditions et Coutumes ()
Vie de couple ()
Document sans titre

Document sans titre
 
Catégorie : Sexualité
Les problèmes moraux des jeunes
Posté le 21-09-2013 | 4032 lecteurs | 0 commentaires

Si nous voulons connaître la vérité sur une chose, nous avons toujours intérêt à remonter à ses origines. C’est exactement ce que fait le Seigneur en Matthieu 19:4.

Nous trouvons la première déclaration divine quant aux problèmes qui nous occupent en Genèse 1:27-28 : « Dieu créa l’homme à son image … Il les créa mâle et femelle. Et Dieu les bénit ; et Dieu leur dit : Fructifiez et remplissez la terre ».

Dieu créa l’homme et la femme en les dotant d’organes en vue des fonctions qu’ils auraient à remplir. Homme et femme ont donc été rendus aptes à reproduire la vie. En opposition aux plantes et aux animaux, les descendants d’Adam reçoivent une âme immortelle. Cette réalité confère à la question de la reproduction des êtres humains une gravité et une responsabilité bien particulières.

Dès avant la chute, Dieu mit dans l’homme le désir sexuel, de sorte que chaque homme et chaque femme sont normalement attirés vers l’autre sexe. Ce désir peut être plus fort chez l’un que chez l’autre.


Est-ce que le désir est péché ?

Il en est fait mention dans la Parole de Dieu aussi bien chez la femme que chez l’homme. Dieu dit à Ève : « Ton désir sera tourné vers ton mari » (Genèse 3:16) (*). Dans le Cantique des Cantique, la bien-aimée dit de son bien-aimé : « Son désir se porte vers moi » (7:10) (**). Cette inclination est naturelle et normale, et nulle part elle n’est désignée comme étant un péché. Notons cependant que dans le Cantique, la Sulamithe ne parle pas de son désir à elle mais de celui de son bien-aimé. Ses propres sentiments nous sont présentés dans les chapitres 5 et 6 ce qui nous amène à la question suivante :



(*) Il s’agit moins dans ce passage d’un désir sexuel, que du fait de regarder à son mari d’une position de soumission. Dieu a placé Ève dans cette position comme conséquence du péché, puisque Ève a mangé du fruit défendu sans en référer préalablement à Adam.

(**) Ce désir renferme le besoin d’obtenir une réponse à l’amour que l’on ressent, plus que de viser à la satisfaction charnelle. En réponse à son amour, il s’attend à être aimé, compris et respecté. Combien plus élevés sont les sentiments intimes d’affection de la personne divine et humaine du Seigneur envers sa bien-aimée, le Résidu futur d’Israël.


Comment se comporter en face de ce désir ?

Si le cœur et les pensées ne sont occupés que de ces choses, nous courons le danger de glisser dans des tentations charnelles.

« Chacun est tenté, étant attiré et amorcé par sa propre convoitise ; puis la convoitise, ayant conçu, enfante le péché ; et le péché, étant consommé, produit la mort » (Jacques 1:14-15).

Dans ce passage, c’est la convoitise qui conduit au péché. Notre nature corrompue, appelée « péché » est toujours à l’origine de la convoitise (Romains 7:8), et celle-ci est suivie par l’accomplissement du péché. Cette convoitise est appelée en 1 Jean 2:16 : « la convoitise de la chair », c’est à dire les désirs effrénés de la nature adamique déchue. Aussi le Seigneur dit : « Ce qui sort de l’homme, c’est là ce qui souille l’homme ; car du dedans, du cœur des hommes, sortent les mauvaises pensées, les adultères, les fornications... » et d’autres péchés (Marc 7:20-23).

Bien des choses agissent sur nos cœurs, pensées et sentiments, et produisent la convoitise (Ézéchiel 23:14-46). C’est pourquoi l’apôtre met son enfant Timothée en garde contre les convoitises venant du dedans et du dehors. « Mais fuis les convoitises de la jeunesse » (2 Timothée 2:22). Parallèlement à cette exhortation que l’on peut qualifier de négative, il encourage son compagnon d’œuvre Timothée d’une manière positive : « Garde toi pur toi-même » (1 Timothée 5:22), « Soit le modèle ... en pureté » (1 Timothée 4:12), « Exhorte les jeunes femmes comme des sœurs, en toute pureté » (1 Timothée 5:2). Ces exhortations lui étaient personnellement adressées et visaient son comportement vis-à-vis des femmes.


Comment réaliser cette pureté ?

Le psalmiste lui aussi demande : « Comment un jeune homme rendra-t-il pure sa voie ? » La réponse est : « Ce sera en y prenant garde selon ta parole » (Psaume 119:9). Et comme tout effort personnel est voué à l’échec, il nous faut constamment demander comme le psalmiste : « Donne ta force à ton serviteur » (Psaume 86:16). La vigilance dans l’obéissance à la Parole de Dieu est indispensable pour l’homme comme pour la femme. Cette vigilance a manqué dans les cas suivants :

1 Dina, fille de Jacob, sortit pour voir les filles du pays, ce qui semble à priori, être une bien inoffensive association avec le monde. Mais elle y rencontre le jeune Sichem, ce qui entraîne sa perte. Le manque de vigilance a eu d’amères conséquences (Genèse 34:1-2).

2 Samson manqua tout autant de vigilance en descendant à Thimna. Il vit une femme d’entre les filles des Philistins (Juges 14:1). Il laissa ses regards errer dans un monde ennemi de Dieu au lieu de se tenir près du peuple de Dieu.

La vigilance nous garde du péché. Il y a certes bien des choses qui sont de nature à tenter un homme et à le séduire. Mais « La crainte de l’Éternel, c’est de haïr le mal ». (Proverbes 8:13).

« Ne prenez pas soin de la chair pour satisfaire à ses convoitises » (Romains 13:14). De quoi un jeune homme nourrit-il ses pensées et ses sentiments ? Bien des jeunes filles chrétiennes ne se rendent pas compte que par leur comportement, leur manière de s’habiller, etc., elles peuvent exciter les convoitises des jeunes gens, de sorte que ceux-ci risquent de tomber. Elles partagent ainsi leur responsabilité. Dans le cas de Bath-Shéba, David est tenu pour pleinement responsable de son acte, mais nous notons également que la parole mentionne le comportement imprudent de cette femme qui excita la convoitise de David (2 Samuel 11:2).

Si la personne du Seigneur Jésus et sa parole remplissent notre cœur, nous aurons la force de repousser les pensées et sentiments impurs et de les juger.


L’affranchissement d’une servitude

En négligeant la lecture de la Parole de Dieu et la prière, on crée un état de faiblesse spirituelle, un vide qui se remplit alors de pensées impures suggérées par les choses impures que l’œil voit et que l’oreille entend. Il suffit alors de peu de chose pour donner naissance à la tentation de satisfaire soi-même son désir sexuel. Ce que Dieu donna à l’homme en vue du mariage sert alors à sa propre satisfaction.

La recherche du plaisir solitaire est considéré parfois comme une chose innocente ou, à l’inverse, assimilé à la fornication. Il semble cependant qu’aucune de ces appréciations ne correspond à la pensée de Dieu. C’est le créateur lui-même qui a mis le désir sexuel dans l’homme, mais c’est un péché que d’en abuser pour sa propre satisfaction. C’est alors un lien qui asservit le croyant. Seule la réalisation par la foi de son affranchissement en Christ peut l’en libérer.

La Parole de Dieu est extrêmement réservée sur cette question, comme sur tant d’autres, dont elle déclare en (Éphésiens 5:12) qu’il est honteux même d’en parler. Cette discrétion s’impose à nous.

Bien des jeunes gens se débattent avec ce problème. Ils en sont abattus et malheureux. Des jeunes filles peuvent en souffrir. Le plus souvent, il ne s’agit pas d’un acte isolé. Après des rechutes, tout espoir de libération est perdu. Tous les efforts personnels entrepris en ce sens s’avèrent voués à l’échec. Essayer d’améliorer peu à peu soi-même sa nature corrompue est chose impossible à l’homme. Dieu, du reste, ne se contente jamais d’un rapiéçage.

Comment parvenir à cette libération ?



· Par la puissance du Fils de Dieu. Jean 8:36 : « Si donc le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres ».

· La confession du péché est le point de départ : « Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous pardonner nos péchés et nous purifier de toute iniquité » (1 Jean 1:9 ; Proverbes 28:13). Mais le pardon ne veut pas dire délivrance.

· Par le dépouillement du vieil homme, nous obtenons la libération. Celui qui se repent et qui croit dans son cœur au Seigneur Jésus, reçoit la rémission de ses péchés et la vie éternelle. Il est né de Dieu et participant à la nature divine (Actes 10:43 ; Jean 10:28 ; 1 Jean 5:1 ; 2 Pierre 1:4). C’est l’œuvre de la croix qui place le croyant dans cette merveilleuse position.



Cependant il découvre très vite qu’il lui arrive encore de pécher, bien que la Parole de Dieu affirme clairement : « Quiconque est né de Dieu ne pratique plus le péché » (1 Jean 3:9). Aussi, des doutes peuvent naître dans son cœur quant à l’authenticité de sa conversion.

Dieu donne au croyant une nouvelle vie, la vie divine. Cette vie venant de Dieu ne peut pas pécher, mais la vieille nature corrompue, elle qui ne peut que pécher, reste en lui tant qu’il vit ici-bas. Il se demande donc à juste raison : Comment puis-je m’en libérer ? Voici la réponse : d’une part en ayant dépouillé et mis de côté le vieil homme et en le tenant pour mort, d’autre part en vivant à Dieu, c’est à dire en menant une vie qui Lui est consacrée (Romains 6:11).

« Je suis crucifié avec Christ » (Galates 2:20), et « Sachant ceci, que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché soit annulé, pour que nous ne servions plus le péché » (Romains 6:6). À la croix, Christ a subi en son corps le juste jugement de Dieu non seulement sur nos péchés, mais encore sur notre vieil homme corrompu.

« Ceux qui sont du Christ ont crucifié la chair » notre vieille nature « avec les passions et les convoitises » (Galates 5:24).

Vous avez, en ce qui concerne votre première manière de vivre, « dépouillé le vieil homme qui se corrompt selon les convoitises trompeuses » (Éphésiens 4:22).

Vous avez « dépouillé le vieil homme avec ses actions » (Colossiens 3:9). Remarquons bien que ces passages parlent d’un fait accompli et non d’efforts humains à accomplir ; je suis crucifié ; notre vieil homme est crucifié ; ils ont crucifié la chair ; vous avez dépouillé le vieil homme.

La foi, dans une profonde gratitude envers Dieu, saisit non pas une fois pour toutes, mais continuellement le fait que le vieil homme a trouvé sa fin à la croix.

· « Mortifiez donc vos membres » : faites mourir les membres du corps du péché qui sont sur la terre en les privant de nourriture : la fornication, l’impureté, les affections déréglées (Colossiens 3:5). C’est par la force du Saint Esprit que nous pouvons faire face à cette responsabilité : « Si par l’Esprit vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez » (Romains 8:13 ; Galates 5:16).

· En revêtant le nouvel homme. Vous avez « revêtu le nouvel homme, créé selon Dieu, en justice et sainteté de la vérité » (Éphésiens 4:24). « Ayant revêtu le nouvel homme qui est renouvelé en connaissance, selon l’image de Celui qui l’a créé » (Colossiens 3:10). Là aussi, il est question d’un fait accompli dont la foi peut continuellement s’emparer.



Ce sont autant de résultats de la mort à la croix de notre bien-aimé Seigneur Jésus. Que de motifs de louange et d’adoration !


Pas de demi-mesure

« Si ta main ou ton pied est pour toi une occasion de chute, coupe-les et jette-les loin de toi… Et si ton œil est pour toi une occasion de chute, arrache-le et jette-le loin de toi » (Matthieu 18:8-9). Ce n’est pas la mutilation de nos membres si indispensables qui serait la solution, mais le fait de tenir le vieil homme pour mort. Arrache, coupe, jette loin de toi tout ce qui pourrait t’inciter à pécher. Si une chose (un livre, un illustré, par exemple) est une occasion de chute pour moi, je ne vais pas le garder dans ma maison où il serait un danger continuel, mais je le jette au feu. Il en sera de même de l’amitié avec une personne du monde susceptible de m’entraîner dans un mauvais chemin.



Par cette action je ne change en rien le vieil homme, mais une des occasions de chute pour la chair est ôtée.



Ne fais rien à moitié : obéis au Seigneur. Cette obéissance ne devrait pas être un choix difficile en regard de l’amour de Dieu et du Seigneur Jésus qui a subi à la croix le châtiment que nous avions mérité. Tout effort de la part du vieil homme, par contre, ne peut que conduire à l’échec.


Fuyez les convoitises

Les convoitises charnelles font la guerre à l’âme, et nous devons nous en abstenir (1 Pierre 2:11). Cela concerne l’usage abusif que nous pouvons faire de notre corps. Les tentations se manifestent souvent soudainement, de sorte que nous ne sommes toujours prêts à nous défendre. Le mot d’ordre est : « fuir », étant donné que la maîtrise de soi n’est pas précisément notre fort. La tempérance est le neuvième et dernier des caractères du fruit de l’Esprit qui sont énumérés en Galates 5:22. Au verset 16, il nous est dit : « Marchez par l’Esprit, et vous n’accomplirez point les convoitises de la chair ». C’est là le résultat d’une vie dirigée par l’Esprit. Auprès de Jésus, nous trouvons pardon, restauration, délivrance, et la force pour vaincre. Grâces Lui soient rendues pour cela.

Source : http://www.bibliquest.org/
Catégorie : Sexualité
Joa96na , aristide , aiment cet article
De la même catégorie
0 Commentaires
Document sans titre

Connectez-vous pour utiliser ce service !
Login :
Passe :
   
Document sans titre
IDÉES MARIAGE
   
requete invalide supp ip