Document sans titre
Document sans titre
  Document sans titre
Login :
Passe :
 
Retour à l'accueil Être Enseigné Être informé E-Services Forum de Discussions Espace Membre

     
Enseignements Exhortations Articles Audios Proposer une ressource  
     
  Vous êtes ici : Accueil > Être Enseigné > Mariage > Enseignements > Comprendre |La famille récomposée | avec le couple Béguelin  
     
Document sans titre
  Document sans titre L'argent de (Bernard Scheidegger)
Les Rubriques
Enseignements
Des enseignements sur divers thèmes...
Exhortations
Courtes et édifiantes...
Enseignements Audio
Des sons mp3 sur le mariage et les fiançailles..
Articles
Traiter des sujets d'actualité ou des sujets divers...
Proposer une ressource
Poster vos enseignements, vos exhortations et vos articles sur le mariage et les fiançailles...

LES CATEGORIES
Affaires d' hommes ()
Affaires de femmes ()
Astuces pratiques ()
Célibat ()
Famille ()
Fiançailles ()
Jeunes ()
Mariage ()
Nuit de Noces ()
Sexualité ()
Témoignages ()
Traditions et Coutumes ()
Vie de couple ()
Document sans titre

Document sans titre
 
Catégorie : Mariage
Comprendre |La famille récomposée | avec le couple Béguelin
Posté le 30-11-2009 | 2077 lecteurs | 1 commentaires

Nyco : Bonjour Angéline et Michel Béguelin


Bonjour Nyco et à tous ses internautes. Nous vous saluons dans le beau nom de Jésus.


Nyco : Pouvez-vous vous présenter aux internautes de Nycodem.net ?


Les deux: Nous sommes un couple marié, je suis né en 1956, mon épouse en 1959. Mariés depuis 1996, nous avons cinq enfants adultes issus d’un premier mariage.


Michel : Je suis né dans un village où il y avait autant d’églises que de bars. Je fréquentais plutôt les bars… Bien qu’entouré de chrétiens, je n’ai jamais entendu qu’on pouvait donner son cœur au Seigneur ou reconnaître Jésus comme son Sauveur et encore moins qu’on pouvait passer par la nouvelle naissance. J’ai toujours rejeté Dieu et toutes ces bondieuseries, jusqu’au jour, où, après un parcours chaotique parsemé de drogue, d’alcool, de sciences occultes, et d’un divorce, au bord du suicide bien que père de trois merveilleux enfants j’ai crié à ce Jésus qui, selon un ami rencontré quelques semaines auparavant, pouvait encore changer des vies. Il m’a répondu si précisément que j’ai vu ma vie complètement bouleversée et chamboulée. Jamais je n’aurais imaginé que cela soit possible….Depuis, Jésus fait partie intégrante de ma vie. Il est ma raison de vivre

Angéline : Je suis née dans une famille catholique pratiquante où j'ai toujours entendu parlé de Dieu et de la foi. A l'âge de sept ans, ma maman est décédée, ce fut pour moi une épreuve terrible. Le soir, j'adressais au Seigneur des prières répétitives apprises au catéchisme, je priais Marie, les saints sans savoir que c'était contraire à la parole de Dieu, la Bible. Je me suis mariée très jeune et j'ai eu le grand bonheur d'être la maman de deux enfants. Nous étions très heureux. Un jour, à mon plus grand désespoir, le papa des mes enfants m'annonçait qu'il avait rencontré une autre femme et qu'il partait. Ce fut alors un véritable cauchemar, il me semblait qu'on m'arrachait une partie de moi-même, je ne comprenais pas ce qu'il m'arrivait. Je déprimais, je dépendais d'antidépresseurs et de somnifères. Un jour, on m'a invitée à une soirée de prière dans une église évangélique. J'ai été vivement interpellée de la façon dont les personnes présentes s'adressaient directement au Seigneur par des prières venant du cœur. C'est alors que j'ai donné mon cœur à Jésus et que j'ai compris qu’Il est mort sur la croix pour moi : J’ai été libérée des antidépresseurs et des somnifères et j’ai compris qu’il est faux de prier Marie et les saints mais qu’il est juste de prier Jésus parce qu’il n'y a de salut en aucun autre; car il n'y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés, et ce nom est Jésus. J’ai compris que je pouvais m'adresser directement à Lui et que je pouvais lui confier tous mes soucis et toutes mes peines.

Nyco : Le But de ce Interview à votre couple est d’édifier le corps de Christ sur le thème : « LA FAMILLE RECOMPOSEE »


Les deux : Absolument. C’est un thème d’actualité. Nous désirons, par notre expérience, pouvoir faire passer un message d’espoir non seulement aux familles recomposées, mais à toutes les familles, à tous les couples qui veulent bien nous écouter.

Nyco : En avant première, qu’entendons-nous par famille recomposée ?


Angéline : C’est en général une famille issue de l’éclatement d’autres familles que ce soit par divorce par deuil ou encore par d’autres circonstances. Jésus, par exemple, a grandi dans une famille recomposée, Marie était sa maman, mais Joseph n’était pas son papa. Il est donc bien placé pour savoir de quoi on parle lorsque on évoque ce thème.

Nyco : Peut-on dire qu’une famille recomposée est nécessairement une famille sans problème ?


Michel : Vous connaissez une famille qui n’a pas de problèmes ? Si les familles normalement constituées en rencontrent passablement, à plus fortes raisons une famille dans laquelle arrivent des adultes et parfois des enfants qui portent encore souvent les marques des blessures laissées par l’éclatement qu’Angéline mentionne. Il arrive trop souvent que l’on pense que le fait de fonder une nouvelle famille va effacer ces blessures, c’est faux. On ne peut pas construire l’avenir sur les ruines et les blessures du passé.

Nyco : Pourrions-nous savoir depuis combien d’années vous êtes mariés ?


Angéline : Cela fait un peu plus de 13 ans que nous sommes mariés. Nous nous sommes connus en juin 1995, nous avons commencé notre relation en septembre et en mars 1996 nous étions mariés. Etant chrétiens tous les deux, nous avons cherché la volonté de Dieu pour notre couple. Nous ne voulions pas construire sans l’approbation divine. Si nous ne l’avions pas eue, nous étions prêts à mettre un terme à notre relation.

Nyco : Sans vouloir être indiscret, pouvez-vous nous retracer le parcours de votre rencontre ?


Angéline : Je pensais que le fait d’être chrétiens les deux et d’avoir eu l’approbation divine pour notre mariage était synonyme d’une vie de couple et de famille sans problème. Je me suis rendue compte que cela ne suffisait pas. On pense parfois que certaines choses se font toutes seules, c’est une erreur. On est chrétien, on s’aime et on croit que c’est suffisant. C’est une erreur. N’allez pas en déduire que je regrette notre mariage. Pas du tout. Simplement j’aimerais dire que s’il suffit de rien faire pour que le mal avance, il suffit également de ne rien faire pour qu’un couple parte à la dérive. Et il est tellement plus facile de ne rien faire que d’agir….Dans notre couple, nous avons connus des périodes de crises, de doutes, de larmes, et parfois même des moments de regrets sur notre mariage.

Michel : Je ne peux que confirmer les propos de mon épouse, mais j’aimerais ajouter quelque chose. Au début de notre mariage, quand les problèmes ont surgi, j’ai voulu analyser et comprendre le fonctionnement de mon épouse et de ses enfants pour trouver les sources de nos problèmes, car selon moi ils ne pouvaient venir que d’eux. J’en avais déduit que j’étais l’intrus dans leurs vies, (Angéline a vécu seule avec ses enfants durant 9 ans) et je devais comprendre pourquoi j’avais tant de mal à trouver ma place dans cette nouvelle famille dans laquelle j’étais devenu un dictateur, cherchant plus à m’imposer qu’à aimer. Les réponses à nos problèmes je les ai cherchées partout mais pas là où il fallait. Ces recherches m’ont éloigné de Dieu. Je me suis rendu compte que si je n’avais pas prié un jour ce n’était pas bien grave, puis deux, puis trois, puis quatre, et plus le temps passait plus je m’éloignais de Dieu, et plus je m’éloignais, plus je cherchais des réponses. Puis, un jour Dieu m’a parlé et m’a fait comprendre que pour Lui, l’homme est le responsable de la famille. Il en est le chef, pas le dictateur. Je ne pouvais que reconnaître que, non seulement j’aie manqué à prendre mes responsabilités, mais qu’en plus je m’étais éloigné de Dieu. C’était ça le problème. J’ai demandé pardon à mon épouse en lui disant que je reconnaissais être le responsable, j’ai demandé pardon à ses enfants, et à partir de ce moment, tout a changé. Plus rien n’était comme avant. C’est comme si nous avions vécu une résurrection. Humainement ce n’était pas possible. Nous ne pouvons que donner la gloire à celui à qui elle revient : Dieu

Nyco : Après un tel bilan, peut-on affirmer que le couple Béguelin est un modèle de famille recomposée ?


Angéline : Nous voulons faire profiter notre expérience à qui veut bien l’entendre, mais quant à affirmer être un modèle, nous préférons laisser le soin aux personnes qui nous entourent de le dire, elles sont certainement plus qualifiées pour ça.

Nyco : De facto, quelles sont les quelques sources de divorces dans la plus part des cas de famille recomposée ?


Michel : Les sources du divorce touchent toutes les familles, recomposées ou non. Je pense que la communication joue un rôle extrêmement important. Actuellement, nous pouvons communiquer très facilement à l’autre bout de la terre, mais nous avons souvent de la peine à parler à la personne qui partage notre vie. N’oublions pas que si au début l’amour fait passer le temps, à la longue le temps fait passer l’amour. La vie de couple est comme un feu de bois : au début c’est facile, il ne faut pas aller loin pour ramasser le bois ; mais plus le temps passe, plus il faut aller loin pour entretenir le même feu. …

Nyco : En vous basant sur ce qui précède, quelles solutions peuvent être envisagées pour aboutir à une réconciliation au sein d’une famille recomposée ?


Michel : Je pense que la première condition est de le vouloir, et les deux. Mais de le vouloir ne suffit pas. Il n’est pas suffisant de décider de vouloir escalader une montagne, il faut se mettre en action. Il ne faut pas attendre une réconciliation, elle ne viendra jamais seule. Il ne suffit pas d’attendre que Dieu nous aide, il nous faut aller vers Lui. Nous devons entrer dans notre lieu secret et devenir des intimes, des proches de Dieu. Auprès de Lui se trouve la source de la vie, auprès de Lui se trouve la guérison. Tout, absolument tout se trouve auprès de Lui. Je ne crois pas en un Dieu auprès duquel on s’approche et qui nous laisse à long terme dans notre misère, dans nos larmes ou nos problèmes. Ce n’est pas le reflet d’un Dieu d’amour, or il est écrit que Dieu est amour. Le Seigneur ne doit pas être une option dans nos vies, mais une nécessité, la priorité. Si individuellement nous ne savons pas entrer dans notre lieu secret dans le seul but de devenir et de rester des proches de Dieu, comment pourrons-nous le faire en couple ou en famille ? Certains me diront que c’est un peu facile : tu as des problèmes, tu t’approches de Dieu et tout va bien. Soyons clair : Tout d’abord, si tu t’approches de Dieu lorsque tu as des problèmes, c’est que tu en es éloigné quand tout va bien ? Dieu veut une relation en tout temps avec nous, pas seulement quand tout va mal. Ensuite, s’il existe un problème auquel Il n’a pas de solution, alors c’est qu’Il n’est pas Tout Puissant. Nous autres chrétiens, croyons que Dieu est parfait, qu’Il ne se trompe pas, qu’Il ne change pas, alors il est temps d’admettre que les problèmes ne sont pas de son côté mais du nôtre. Seulement voilà, le problème n’est pas le problème lui-même, c’est la façon dont nous le voyons et le traitons. Lorsque tu as mal aux dents, tu prends un cachet pour calmer la douleur, mais tu n’as pas réglé le problème. Ce problème ce n’est pas la douleur, c’est la dent. Si tu veux régler le problème tu vas chez le spécialiste, le dentiste. Quand un couple bas de l’aile, il a mal quelque part. Tu peux lui donner tous les cachets que tu veux, tu vas calmer la douleur, mais pas solutionner le problème. Il est plus profond que ça. Le divorce n’est qu’un calmant avec lequel on pense régler notre problème, mais on ne fait que de s’en prendre à la douleur. Le problème est ailleurs. Si tu veux le solutionner, il te faut aller chez le spécialiste, le Créateur. Il faut toutefois cesser de lui demander de changer notre conjoint, mais de nous changer nous-même, et pour ça il faut le vouloir, et les deux.

Nyco : Un auteur du nom de Diane Germain, travailleuse sociale et auteure du livre « Deux maisons pour l'amour » a dit au cours d’une entrevue télévisée « “ Un couple doit être fou l'un de l'autre pour passer à travers”. Quel avis pouvez-vous donner à travers la vitrine de cette pensée ?

Angéline : Je ne suis pas tout à fait d’accord avec cette affirmation. Que se passe-t-il le jour où l’un n’est plus fou de l’autre ? L’amour est bien plus qu’un sentiment, il est avant tout une décision. Le Seigneur nous a doté d’une faculté extraordinaire que les animaux n’ont pas, celle de décider. Tant que nous ne décidons pas, nous prenons le risque d’agir par instinct, et devenir les victimes des circonstances plutôt que les contrôler. Si on attend d’aimer notre conjoint, on peut attendre longtemps, et même prier Dieu de nous aider à l’aimer. Nous pouvons demander à Dieu de nous aider à marcher, mais c’est à nous de décider nous lever ou de faire le premier pas. De même que c’est à nous de décider d’aimer la personne que Dieu a mise sur notre route et malgré les années qui passent, nous ne devons pas nous calquer sur les principes du monde où tout n’est qu’apparence. Nous devons lutter afin de ne pas laisser l’habitude s’installer, il est nécessaire d’apprendre à écouter l’autre et de le laisser nous dire ce qu’il a sur son cœur. Nous devons lui communiquer nos préoccupations, nos doutes, nos peurs. Plus nous partageons, plus nous grandissons et apprenons à nous faire confiance.

Nyco : Dans le cadre d’un couple en instance de divorce, s’il arrivait des situations où l’un des conjoints ne souhaite pas divorcer, quelle doit être l’attitude de l’autre en tant qu’enfant de Dieu ?


Angéline : Comme il a été dit plus haut, il faut être deux à vouloir se battre. S’il l’un des deux veut la rupture, qui peut s’opposer à sa volonté ? La crainte de Dieu a disparu de nos vies, de nos couples, de nos familles. Nous pensons que nous donnons une chance à Dieu en le laissant agir dans nos vies, mais en fait nous oublions que c’est Lui qui nous donne cette chance. Il nous dit comment nous comporter, mais nous n’en faisons qu’à notre tête. Nous avons confondu sa volonté et la nôtre. Nous nous croyons libres, mais en réalité nous avons oublié que la liberté ne réside pas dans le fait de faire ce que nos voulons, mais dans le devoir que nous avons à accomplir. Je pense que si nous voulons voir un changement dans nos couples, nous devons retrouver la sainte crainte de Dieu, alors nos couples changeront, nos familles changeront, nos maisons changeront, nos quartiers, nos villages, nos pays changeront

Nyco : Que dire aux jeunes qui aimeraient former une famille recomposée ? Sachant qu’on vit dans un monde où les apparences sont trompeuses ?


Angéline : Je leur dirais que le mariage n’est pas une maison qu’on va habiter, mais une maison qu’on va construire. Reconstituer une famille n’est pas mission impossible mais difficile ; il faut accepter que Dieu est le créateur de toutes choses, y compris de la famille, l’aimer de tout notre cœur, de toute notre force et de toute notre âme, il faut être et rester vrai, aimer l’autre tel qu’il est et non pas comme on voudrait qu’il soit, accepter de se remettre en question. Ce sont là de bons ingrédients pour faire une belle famille. Il faut encore les mettre ensemble, les faire mijoter et les assaisonner au goût de chacun. Et pour ça Dieu nous aide.
Dès le début de leur union, les futurs mariés doivent savoir prendre du temps ensemble et fléchir le genou devant le Père duquel toute famille tire son nom dans les cieux et sur la terre, afin qu’il leur donne, selon la richesse de sa gloire, d’être puissamment fortifiés par son Esprit dans l’homme intérieur, en sorte que Christ habite dans leurs coeurs par la foi; afin qu’étant enracinés et fondés dans l’amour, ils puissent puissiez comprendre quelle est la largeur, la longueur, la profondeur et la hauteur, et connaître l’amour de Christ, qui surpasse toute connaissance, en sorte qu’ils soient remplis jusqu’à toute la plénitude de Dieu.

Nyco : Parlez-nous un peu du Ministère que vous exercez dans le Seigneur.


Michel : Depuis quelques années, dans notre cœur brûle ce désir de donner tout notre temps pour l’œuvre de Dieu. En 1998, nous avons pensé que le temps était venu, mais par diverses circonstances, nous avons su que ce n’était pas le moment. Il en fut de même en 2003, puis, en 2006, Dieu a commencé à nous montrer que le temps venait. Une multitude de circonstances dont je passe les détails, nous ont montré que l’heure avait sonnée. J’ai donc démissionné de mon travail pour fin avril 2008, et depuis ce moment là nous sommes à temps plein dans le ministère. Quelques jours après avoir quitté mon travail, à notre plus grande surprise, le Seigneur nous appelait dans les nations, plus précisément au Bukina Faso. Depuis, nous nous y sommes rendus deux fois, et nous y retournerons prochainement ainsi qu’en Côte d’Ivoire. Nous sommes prêts à aller là où le Seigneur nous appelle.

Nyco : Comment vous contacter ?


Michel : Nous avons crée un site internet, www.temoigner.ch par lequel on peut nous contacter sans problème. On peut aussi y lire nos témoignages et la façon dont Dieu nous a appelé à son service. On trouve également nos témoignages audio et particulièrement un témoignage vidéo sur la famille recomposée avec comme intervenants, Angéline, son fils Stève et moi-même.

Nyco : Un mot de fin aux internautes de Nycodem.net ?


Angéline : Dans le cadre de la famille recomposée, on s’arrête la plupart du temps sur les personnes vivant sous le même toit. Il ne faut pas oublier les autres, les enfants étant restés avec l’ex-conjoint. Pour eux, se retrouver un week end sur deux (c’est le cas la plupart du temps) au milieu d’une famille recomposée avec le nouveau conjoint de papa ou de maman ainsi qu’avec des enfants qui ne sont pas leurs frères et sœurs, avec des habitudes et des marques qui ne sont pas les leurs, n’est pas chose facile non plus. Il est juste de ne pas oublier que quelque soit la nature de la famille recomposée, l’enfant n’aura toujours qu’un papa et qu’une maman, et qu’en aucun cas les parents ne doivent leur faire porter la responsabilité du divorce.

Michel : Je suis tout à fait d’accord avec ça. Les enfants vivent, à leur façon, deux fois la famille recomposée. Une fois avec le parent avec lequel ils vivent en permanence, et une fois de temps à autre avec l’autre parent. Ils doivent jongler là au milieu et parfois on s’étonne qu’ils soient perturbés… J’ajouterais que pour chacun ce n’est pas chose facile : le père doit jouer le rôle du père qu’il n’est pas avec des enfants qu’il n’a pas eu comme s’ils étaient les siens, et les enfants doivent jouer le rôle des enfants du père qui n’est pas le leur. Pas évident. Mais nous avons le Dieu des miracles et Il nous a dit que tout est possible à celui qui croit. Nous devons en tant que conjoint d’un parent, apprendre aux enfants d’honorer leur parent, présent ou pas.
Les deux : Nous voulons citer cette parole de l’Apôtre Paul à tous ceux à toutes celles qui liront cet interview : Or, à celui qui peut faire, par la puissance qui agit en nous, infiniment au delà de tout ce que nous demandons ou pensons, à lui soit la gloire dans l’Eglise et en Jésus-Christ, dans toutes les générations, aux siècles des siècles! Amen! (Ephésiens 3 :20-21)

Nyco : Nous vous remercions à tous les deux d’avoir bien voulu répondre favorablement à cette invitation et merci de nous avoir bénit spirituellement.


Les deux : Merci à vous aussi et que Dieu vous bénisse ainsi que tous les internautes

Par Christine de Sion


Source : http://nycodem.net
Catégorie : Mariage
christy , Emmanuel , filledesion , aiment cet article
De la même catégorie
1 Commentaires
christy
Super article!!! God bless you("_")
Posté par christy le 30-11-2009 à 08:29:23
Document sans titre

Connectez-vous pour utiliser ce service !
Login :
Passe :
   
Document sans titre
IDÉES MARIAGE
   
96 connectés actuellement
Document sans titre
Séminaire ITONDA V2.0 - Veux-tu te marier? Comment te prépare-tu?

Aléatoires
Douleur lors du rapport sexuel chez la femme
Articles
Comment Maintenir son Mariage?
Enseignements
La loi non écrite
Enseignements
La contraception est-elle un péché?
Exhortations
Les relations d’autorité dans le foyer
Enseignements
Forum de Discussions
Témoignage d'un bienfait
0 réponses
BONJOUR
1 réponses
BONJOUR
0 réponses
Mots Clés
Document sans titre   Amour    Homosexualité    Jeunesse    Santé    Divorce    Vie de Couple    impuissant    masturbation    sexe    Volonté de Dieu 

 

Document sans titre
Portail AMOUR CHRETIEN • Le Portail Chrétien Spécialement dédié au Mariage !
contact@amourchretien.com www.amourchretien.com
© AMOUR CHRETIEN 2009 • Tous droits réservés • Design ChristDoWeb
Nycodem.net
ChristDoWeb.Com