Document sans titre
Document sans titre
  Document sans titre
Login :
Passe :
 
Retour à l'accueil Être Enseigné Être informé E-Services Forum de Discussions Espace Membre

     
Enseignements Exhortations Articles Audios Proposer une ressource  
     
  Vous êtes ici : Accueil > Être Enseigné > Articles > interviews émouvants de quelques immigrés rencontrés sur le terrain en Allemagne (partie2)  
     
Document sans titre
  Document sans titre La vie chrétienne pratique de (Bernard Scheidegger)
Les Rubriques
Enseignements
Des enseignements sur divers thèmes...
Exhortations
Courtes et édifiantes...
Enseignements Audio
Des sons mp3 sur le mariage et les fiançailles..
Articles
Traiter des sujets d'actualité ou des sujets divers...
Proposer une ressource
Poster vos enseignements, vos exhortations et vos articles sur le mariage et les fiançailles...

LES CATEGORIES
Affaires d' hommes ()
Affaires de femmes ()
Astuces pratiques ()
Célibat ()
Famille ()
Fiançailles ()
Jeunes ()
Mariage ()
Nuit de Noces ()
Sexualité ()
Témoignages ()
Traditions et Coutumes ()
Vie de couple ()
Document sans titre

Document sans titre
 
Catégorie :
interviews émouvants de quelques immigrés rencontrés sur le terrain en Allemagne (partie2)
Posté le 07-12-2009 | 3616 lecteurs | 2 commentaires

Témoignage de Mélanie originaire du Cameroun : Je peux enfin me reposer

Je suis parti du Cameroun en 1998 pour mes études supérieures en Allemagne. La première année, j’ai bénéficié du soutien de mes parents et dans la suite de mon séjour en Allemagne, je devais moi-même pourvoir à tous mes besoins. J’ai travaillé très dur pour pouvoir finir mes études. Je me réveillais parfois à quatre heures du matin afin de commencer le travail à six heures. Je me souviens que je pleurais souvent devant la machine car je travaillais à la chaîne de production de chips et il fallait charger les cartons très rapidement. Je rentrais le soir à la maison épuisée et j’éprouvais de violentes douleurs au niveau des reins car le travail que nous faisions était en réalité un travail d’hommes. J’ai eu de sérieuses difficultés avec la langue allemande, ce qui a prolongé la durée de mes études. En 2004, quand j’ai soutenu pour la fin de mes études, les lois étaient encore très dures en Allemagne pour les étudiants étrangers. Une fois les études terminées, il fallait soit recommencer de nouvelles études pour pouvoir y rester, soit retourner dans son pays d’origine. Confrontée à un problème de réintégration au Cameroun, j’avais déposé mes dossiers pour la sélection du Canada un an avant la fin de mes études. Après la remise des diplômes à l’université, les services de l’immigration m’avaient donné un an pour quitter l’Allemagne et j’attendais le visa du Canada pour partir de l’Allemagne. Vous ne pouvez pas imaginer ce que j’ai vécu dans l’attente du visa pour le Canada. En réalité le Canada pouvait me refuser le visa et auquel cas je serais retourné promptement au Cameroun sans expériences professionnelles. Un an pour partir de l’Allemagne passa comme une semaine. A moins trois mois, je n’arrivais plus à dormir et chaque fois que la voiture de la police klaxonnait ou garait à côté de mon domicile, j’étais prise de panique. A moins un mois de la date de mon départ, fixée par les services de l’immigration, j’obtenu le visa pour le Canada et ce fut une grande joie pour moi. Avant ma décision d’immigrer au Canada, j’avais regroupé les informations sur le Canada mais je n’avais aucune idée sur la reconnaissance des diplômes. Une fois au Canada, je devais retourner à l’université pour un recyclage et ensuite déposer ma demande auprès de l’ordre des ingénieurs afin d’exercer comme ingénieur junior et plus tard devenir ingénieur proprement dit. Tout ce nouveau parcours nécessitais au moins deux ans et demi et une forte somme d’argent que je ne pouvais disposer tout de suite. J’ai alors entrepris de faire une formation afin de m’insérer dans le monde de l’emploi. Je ne vais pas travailler dans le domaine dans lequel j’ai étudié, mais ici je peux enfin me reposer car je suis chez moi. Je me sens intégré et mes enfants seront intégrés ici et non frustrés comme j’ai vu les enfants des immigrés être en Allemagne.

Témoignage de Jean originaire du Togo : Le Togo me manque beaucoup

J’étais un grand mécanicien au Togo et je menais une belle vie. J’avais réussi ma vie comme on dit chez nous au Togo car j’avais une voiture et ma petite maison. Mes amis d’enfance sont revenus pour les vacances au Togo. Vêtus de costumes Hugo Boss, ils roulaient dans les BMW et les RAV4. Impressionné par leurs voitures et leurs costumes de luxe, j’ai décidé de tout vendre afin de quitter le Togo. Malgré tous les conseils de mes parents qui me mettaient en garde contre ces immigrés qui n’ont pas étudiés et dont on ne sait ce qu’ils font en Europe pour débarquer au pays avec tant de grosses voitures et de costumes, j’étais résolu à vendre maison, terrain et voiture pour les suivre. Une fois arrivé en France, je me suis rendu compte que mon visa n’était valide que pour trois mois et que je ne pouvais travailler sur le territoire français. Après un mois, j’ai compris que tous les commentaires dans les rues de Lomé n’étaient que illusions. Dans les commentaires de Lomé, il se racontait qu’en Europe, on gagne facilement beaucoup d’argent sans fournir trop d’efforts. Voyant les clochards sillonner les rues des quartiers pauvres de paris à longueur de journée, je me demandais si c’était bien le pays du bonheur tant vanté à la télévision. Le Togo me manque beaucoup mais par honte de retourner bredouille, je préfère continuer à souffrir ici à longueur de journée. J’encourage vraiment mes frères africains à avoir un but précis avant de quitter l’Afrique. Ne vous fiez pas aux commentaires des rues et des quartiers mais renseignez vous auprès des services consulaires et des anciens immigrés revenus au bercail.

Témoignage de Mireille originaire du Togo : Je ne sais pas ce que je cherche en Allemagne

Ma vie a changé dans ce pays depuis le jour où ma caution de 7320 Euros est finie. Mes parents ont déposé dans mon compte 7320 Euros afin que j’obtienne le visa pour mes études en Allemagne. J’ai utilisé cet argent pour mon intégration en Allemagne. Un semestre après que j’aie débuté avec les études, je n’avais plus d’argent. J’ai fait recours à mes parents qui m’ont demandé de me chercher comme toutes les autres filles se cherchent. Ils m’ont demandé de chercher un mari blanc afin qu’il aide même toute la famille et je ne savais plus quoi faire. Pendant l’été je n’ai pas trouvé de travail et il fallait continuer avec les études en hivers. Une amie camerounaise m’a encouragé à opter pour la solution qu’elle avait aussi optée à savoir travailler dans les maisons de retraite. Après ma première journée de travail, j’ai eu la nausée toute la nuit et je ne cessais de vomir. Je ne pouvais plus manger avec mes mains et tout me dégoûtait. Je passe le temps à longueur de journée à m’occuper des vieux, à voir leur nudité et retirer leurs couches. Je n’ai vraiment pas de choix et c’est ce que la majorité de femmes qui refusent de se prostituer en Europe comme en Amérique du nord font. Toutes ces femmes qui disent en Afrique qu’elles sont infirmières, ne sont que de simples employées de maisons de retraite. Je vais bientôt finir avec l’école mais ça ne pourra rien m’apporter car c’est difficile de trouver du travail ici quand on étudie littérature où ce qui a trait aux langues. Je ne sais pas ce que je cherche en Allemagne. J’ai maintenant 30 ans et chaque fois les hommes me frustrent d’avantages en parlant des femmes HM ( hors mariage ) c'est-à-dire des femmes ayant plus de 25 ans. Je ne sais vraiment quoi faire maintenant. Dieu va m’aider.

Témoignage de Ferdinand originaire du Benin : Mon souhait est de retourner chez moi, dans le pays de mon enfance

Après des années de durs labeurs dans le froid de l’hiver, le soleil de l’été et les chaînes de production industrielle, j’ai pu finir avec mes études et je travaille depuis deux ans. Au travail rien n’est facile avec mes collègues car ils s’arrangent toujours à me frustrer. Je suis fatigué des paroles provocatrices et mon souhait est de retourner chez moi, dans le pays de mon enfance. Je veux travailler chez moi afin qu’on me respecte et qu’on reconnaisse vraiment mes capacités et mes valeurs. Mon enfant retourne toujours frustré à la maison car se sentant rejeté par les autres enfants à l’école. Je gagne assez d’argent, je peux certes m’occuper de ma famille mais je ne me sens pas intégré ici en Allemagne. J’encourage les jeunes, candidats à l’immigration, d’avoir un but précis et de prévoir l’argent avant de quitter l’Afrique. J´encourage également les africains a retourner au bercail après avoir acquis l´expérience professionnel en Europe ceci pour le développement de notre cher continent l´Afrique et aussi parce qu´on ne peut se sentir très bien chez soi

Témoignage de Bertin originaire du Cameroun : Il faut avoir peur des filles africaines en Europe

Il y ‘a trois ans, je suis arrivé en Allemagne pour mes études. Tout allait bien dans ma vie jusqu'à ce que je rencontre Germaine. Germaine et moi, nous avions en projet de nous marier. Pendant les vacances d’été 2006, j’ai réussi à trouver le travail pour Germaine dans une industrie de la place. Quand Germaine a commencé le travail, elle a commencé à entretenir une relation avec le chef de la production. Sachant que j’étais étranger comme elle ici, elle a choisi de me quitter pour son blanc afin d’avoir constamment une aide financière et plus tard entreprendre un mariage avec lui afin d’assurer son séjour en Europe. Nous vivions déjà ensemble. Un soir après le travail, elle rentra à la maison et sans dire mots, elle plia ses effets, ferma ses valises et parti. Depuis son départ, rien ne marche plus dans ma vie. La première nuit de son départ, j’ai failli me suicider et c’est grâce à mon ami Gustave que je suis encore en vie aujourd’hui. Depuis je ne vais plus à l’école comme par le passé et je risque avoir des problèmes au moment de prolonger mon visa. Il faut vraiment avoir peur des filles et des hommes africains en Europe car pour le séjour, ils sont prêts à se vendre même à satan.

Témoignage de Bertrand originaire du Tchad : Bernadette a ruiné ma vie

J’ai fait la connaissance de Bernadette pendant mes vacances au Tchad et je ne pouvais pas imaginer qu’elle m’aimait à cause de mon statut en France. Jeune ingénieur travaillant dans une entreprise à Paris, j’ai obtenu la nationalité française deux ans après que j’ai débuté avec le travail. On me mettait toujours en garde contre les femmes qu’on va chercher en Afrique, en disant qu’elles acceptaient le mariage à cause de l’Europe mais moi je trouvais que les gens étaient méchants en tenant de tels propos et que le vrai amour existait aussi. Après la célébration de notre mariage au Tchad, Bernadette et moi avons regagné notre maison à Paris et avons commencé à vivre le parfait amour que j’avais toujours désiré. Les choses ont changé dès que Bernadette a eu son séjour également assuré, la princesse Djamena, l’étoile de Sarh, l’élue de mon cœur, la tendre et douce Bernadette est devenu agressive, méprisante, et insolente. Quelques moi après, elle m’a quitté et depuis lors, je ne sais où elle se trouve. Je connais également plusieurs filles qui ont été utilisé de la sorte. Le cas qui me revient en esprit est celui de Fadimatou originaire du mali. Elle était mariée à un gabonais et dès que ce fameux gabonais a eu ce qu’il cherchait, il frappait sur la pauvre fille chaque jour et au bout de quelque mois, le prince charmant était devenu un monstre. C’est la Justice qui sépara les deux afin de protéger la jeune femme. Faites attention des mariages organisés depuis l’Afrique.

La Paix soit avec vous

Votre frère Elkana

Source : http://nycodem.net
Catégorie :
Brunilde , aiment cet article
De la même catégorie
2 Commentaires
joelle13
waouaou, l'Europe!
Malgré tout vos temoignages, la plupart d'africains n'écoutent pas!
L'europe n'est pas le paradis, comme on dit : on ne mieux que chez soit.
Que Dieu vous bénisse mes freres et soeurs.
Posté par joelle13 le 07-12-2009 à 12:18:20
Estherc
Wow, Incroyable!!!!
Posté par Estherc le 28-12-2009 à 01:23:50
Document sans titre

Connectez-vous pour utiliser ce service !
Login :
Passe :
   
Document sans titre
Séminaire ITONDA V2.0 - Veux-tu te marier? Comment te prépare-tu?
   
requete invalide supp ip